IFRI_thd_couvdarracqjpg Dans cette nouvelle publication du programme Afrique subsaharienne de l’Ifri, Vincent Darracq explore le rapport de force économique inégal entre l’Afrique du Sud et la Chine depuis 1994.

La Chine est devenue en 2010 le principal partenaire économique de l’Afrique du Sud, devant ses partenaires habituels tels que l’Allemagne et les États-Unis. L’augmentation des échanges commerciaux entre les deux pays depuis une dizaine d’années s’inscrit dans la croissance exponentielle plus générale – et abondamment documentée – des échanges entre la Chine et l’Afrique depuis le début des années 2000. Mais du fait de sa puissance économique qui, si elle est loin de rivaliser avec la Chine, est sans égale sur le continent, et de ses ambitions régionales et mondiales, l’Afrique du Sud est un cas à part dans les relations que la Chine entretient avec les pays africains. Le rapport entre la Chine et l’Afrique du Sud ne se fait pas selon les mêmes modalités qu’entre la Chine et la plupart des autres États africains. Dans plusieurs secteurs tels que la construction, le secteur minier ou les télécoms, les entreprises sud-africaines, aux compétences techniques et à l’expérience bien établies, sont à même de rivaliser avec les compétiteurs chinois, non seulement en Afrique du Sud mais également sur le continent. De manière surprenante, les investissements sud-africains en Chine sont, d’après toutes les estimations, d’un montant supérieur à celui des investissements chinois en Afrique du Sud.

Publicités